Oussama Ammar : Fortune & Parcours Du Fondateur De The Family

Présentation d’Oussama Ammar

Entrepreneur d’origine franco-libanaise, Oussama Ammar est le co-fondateur de The Family, une organisation qui soutient les start-ups européennes axées sur les technologies numériques. En plus d’être un business Angel, il investit également une partie de ses actifs financiers dans des entreprises à fort potentiel, nouvelles, innovantes et à forte croissance. Grâce à son expérience en entrepreneuriat, il peut conseiller de jeunes start-up dans leur développement tout en leur offrant l’accès à ses contacts.

Grâce à son investissement initial, elle espère réaliser un gain en capital. En règle générale, il apporte un soutien indéfectible à ses « poulains », comme ce fut le cas en 2016 avec Heetch et son programme de transport de nuit, qui a déclenché une grève et une action en justice à Paris. Bien que l’intervention du gouvernement ait été nécessaire dans ce cas très médiatisé, le réseau d’Ammar a permis à la start-up de poursuivre ses activités.

Son départ de The Family en 2021 a été causé par des accusations d’abus de confiance, entre autres, et il travaille actuellement comme consultant et investisseur, spécialisé dans le développement du Web sémantique (Web 3). Il s’est également intéressé à la crypto et plus particulièrement aux NFT (Non-Fungible Tokens) en raison de la crise sanitaire. L’homme d’affaires vit à Dubaï et entretient une vie personnelle très discrète.

Enfance

Enfance d’Oussama Ammar

Quand Oussama avait deux ans, sa mère a déménagé du village libanais de Meiss el-Jabel à Kinshasa en République démocratique du Congo. Il a aidé son demi-frère Hussein Ali Jaber à créer une entreprise de fabrication de chaussures. En trois ans, lui et sa mère ont été expulsés de son pays d’origine et forcés de se rendre en France, plus précisément à Tours, en Indre-et-Loire, où elle a travaillé comme femme de ménage, débutant dans l’entrepreneuriat.

 À l’âge de 12 ans, Oussama Ammar crée son premier site web, qui le lance dans le monde du travail. Il explique à David Laroche qu’il a aidé à restaurer la carrière d’un homme dont sa mère nettoyait la maison, fournissant à Oussama et à sa mère l’équivalent de 4 à 5 mois de salaire. Sa vie a changé pour toujours après avoir cliqué et « est tombé dans le bain d’Internet ».  Sekaolok est sa propre entreprise de développement de sites Web qu’il a créée alors qu’il fréquentait l’école.

Bien qu’il n’ait que 13 ans, il a enregistré son entreprise en Uruguay, un pays qui permet aux mineurs d’enregistrer une entreprise et a approché des clients et des sous-traitants du monde entier. A l’âge de 15 ans, il a revendu une boîte pour un million de francs, soit environ 150 000 €, il a fait sa première sortie en lançant un site de vente d’antiquités en ligne, qu’il a ensuite revendu pour 8 000 €.

Ascension dans le monde de l’entrepreneuriat

Afin de lancer sa carrière, Ammar s’est tourné vers des études de philosophie après avoir obtenu un baccalauréat, qu’il n’a jamais terminé. En conséquence, il est devenu consultant en même temps qu’il vendait un programme de récupération de fichiers PDF à un fonds d’investissement de Hong Kong.

Après être devenu directeur général de la société Milosis en 2006, il a également siégé au conseil d’administration de Myrilion avant de fonder Hypios. En connectant des chercheurs du monde entier, cette société visait à résoudre des problèmes technologiques complexes en ligne. Cependant, il a fait faillite en conséquence. En outre, Oussama Ammar a également fondé deux autres sociétés, à savoir Zefir et Aletheis.

De la Silicon Valley à la famille

Après l’échec d’Hypsios, Oussama Ammar part pour la Silicon Valley afin de poursuivre une nouvelle carrière. Plutôt que de fonder des start-up, il choisit de les financer et de les conseiller, comme il l’a expliqué lors d’une conférence au Liban en 2015. « Être une start-up, c’est passer quinze ans à résoudre le même problème avec les mêmes personnes. Les réunions et la résolution de problèmes ont été beaucoup plus rafraîchissantes pour moi. Durant ces quelques années passées dans la Silicon Valley, il financera une vingtaine d’entreprises en suivant ce principe, et ses investissements vaudront plusieurs millions de dollars.

La famille a été créée en 2012 lorsqu’il a rencontré la Française Alice Zagury avec Nicolas Colin, et ensemble ils ont décidé de combiner leurs compétences et leurs ressources pour créer l’entreprise. Il s’agit d’un accélérateur et incubateur de start-up qui fournit des services et des conseils aux start-ups liées au numérique afin de les promouvoir dans leur développement. Le programme offrira aux jeunes entreprises à fort potentiel trois avantages fondamentaux : « éducation » sur l’écosystème, « avantage injuste » et « aide à la collecte de fonds ». Plus de 200 start-ups ont été supervisées et investies par The Family en 2016, selon le magazine Forbes. En plus de Heetch et Fempo, d’autres entreprises de cette catégorie comprennent Payfit, Agricool et Merci Handy.

Diversification des activités

Outre The Family, Oussama Ammar a développé Koudedat, un programme éducatif comprenant 50 heures de contenu vidéo et des ateliers uniques dont le prix se situe entre 300 et 2000 euros. La mission est de « lutter contre l’inaccessibilité de l’intelligence d’affaires et de démocratiser l’entrepreneuriat ». 

La direction de la famille a décidé en novembre 2021 qu’Ammar devrait consacrer son énergie à Web3, un web décentralisé indépendant des gouvernements et des géants du web standard (le Web2) comme Google et Facebook, où toute modification est soumise à la validation de tous les ordinateurs du réseau. Bitcoin est l’un des systèmes de blockchain les plus célèbres. Par conséquent, Osama Ammar a tourné son attention vers les crypto-monnaies. Selon lui, la pandémie de COVID19 l’a motivé à faire un changement de carrière.  

En partenariat avec le musicien Sofiane Pamart, il a décidé de faire sa percée entrepreneuriale dans le monde des NFT avec un rassemblement de NFT accordant un accès privilégié à une plateforme privée où l’album de Pamart peut être prévisualisé. Il a poursuivi sa route dans l’industrie de la crypto-monnaie en s’inscrivant à la Crypto Fellowship, un programme d’incubation de start-up similaire à The Family mais cette fois construit uniquement pour les start-ups de crypto-monnaie.

Richesse d’Oussama Ammar

 Bien que la richesse personnelle d’Oussama Ammar n’ait pas été divulguée au public, certains spéculent qu’elle se chiffre en millions d’euros (voire en milliards). De part et d’autre, il est possible d’estimer son revenu annuel; en fait, il a déclaré que The Family, qui est évalué à environ 65 milliards de dollars, lui rapporte 260 000 euros par an, et chaque conférence qu’il donne est facturée à un taux de dizaines de milliers d’euros. Une fois les calculs terminés, nous pouvons voir que le salaire annuel d’Ammar équivaut à 500 000 € avec seulement ces deux sources de revenus.

Affaire Hypios

Oussama Ammar est soupçonné d’utiliser l’entreprise pour couvrir des dépenses personnelles totalisant jusqu’à 200 000 €, selon l’auditeur d’Hypios en 2010. En conséquence, les actionnaires le licencient et un accord est conclu afin qu’il puisse à nouveau vendre tranquillement ses actions.

Être cas de sport

Une autre accusation, plus largement rapportée, d’utilisation abusive des ressources de l’entreprise a été portée contre la société Besport, qui voulait devenir le « Facebook du sport » et a embauché Oussama Ammar en tant que directeur général. Ce dernier est poursuivi en justice par la start-up, qui affirme avoir détourné 100 000 dollars de fonds d’entreprise. Ammar sera condamné à une peine de 4 mois de prison avec une suspension pour abus de confiance, contrefaçon et utilisation de faux après que le juge a été informé d’un courriel dans lequel il a admis vouloir détourner 10% d’un montant donné.

Le cas de la famille

Le gars que The Express appelle le « Guru of Tech » a une fois de plus vu sa réputation souillée. En fait, après son départ de The Family en novembre 2021, ses amis l’ont de nouveau accusé de faux et d’abus de confiance en mars 2021. Entre 2019 et 2020, il aurait volé environ 3 millions d’euros destinés aux entreprises américaines. En conséquence, sa sortie de l’incubateur n’aurait pas été planifiée comme il le prétend, mais plutôt fortement soutenue par ses alliés douteux.

 Ces derniers ont également entamé des actions en justice pour geler les actifs d’Ammar et ceux de ces deux sociétés de portefeuille (Fabuleo Ltd et Aletheis the First Ltd), mais ces actions sont difficiles parce qu’Ammar a élu domicile à Dubaï et parce que ces avoirs personnels y sont également enregistrés. Osama Ammar s’est présenté comme le gars de l’automne en réponse à ces accusations sur LinkedIn.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published.